S comme Saint-Maur

Reprenons la route en compagnie de mon conducteur de diligence, bien qu’il se soit marié à Abbeville dans la Somme, Jean Tissier est originaire de l’Indre.

Son père Sylvain est né le 2 février 1736 dans la commune de Saint-Maur petite commune limitrophe de Chateauroux. Il est le 5éme d’une fratrie de 10 enfants. Charles et Jeanne Mereau, les parents, se sont mariés le 11 octobre 1723, le marié est journalier mais deviendra vigneron.

Toute la famille sur trois générations est originaire de Saint Maur et des communes alentours.

Charles TISSIER
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :

R comme Rauret

Repartons pour notre voyage et descendons vers l’Auvergne, passons Le Puy en Velay et dirigeons nous vers le plateau qui surplombe les gorges de l’Allier, jusqu’à Rauret.

C’est sans doute le berceau de la branche Bonnefillle, famille paternelle de mes enfants. Vous avez croisé sur ce blog plusieurs représentants de cette branche: Théodore,  Jacques , Frédéric et sa famille , Eugène. Intéressons nous donc aux grands-parents de Jacques. Ils vivaient au XVIIe siècle dans ce village qui dépend alors  du château de Jonchères siège de l’une des 18 baronnies diocésaines qui donnaient à leur seigneur le droit de siéger aux États particuliers du Velay.

Je vous présente Joseph est né le 12 aout 1737 à Rauret, c’est le premier né d’Antoine et de Catherine Richard dont je n’ai pas encore trouvé le mariage. Joseph aura 5 frères et sœurs tous nés dans la paroisse. Il se marie avec Maire Poulallion native également de ce village le 20 mai 1767, ils auront 8 enfants dont le petit dernier (père de Jacques) prénommé également Joseph quittera le village vers la Lozère toute proche.

Les plus anciennes actes paroissiaux de Bonnefille dans Rauret concernent la naissance du grand-père de Joseph le 13 avril 1671.

Joseph BONNEFILLE
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :

Q comme Querenaing

Pas le choix pour le Q… Seule commune de mon arbre commençant par cette lettre, Querenaing mais avec une personne collatérale assez lointaine , il s’agit de Quénibert François Joseph Boucly.

Quénibert, un prénom du Nord, je ne l’ai jamais rencontré ailleurs. Quénibert donc est décédé à Querenaing il était l’époux de Lièvine Joseph Blas une descendante de  Jacques Blas comme moi. Ils s’étaient mariés le 13 juin 1826 à Saint Martin sur Ecaillon d’où est originaire la jeune mariée, l’époux lui est originaire de Salesches non loin de là.

Quénibert François Joseph BOUCLY
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :

 

P comme Paris

Difficile de passer à coté de la capitale. J’aurais pu choisir bien sûr la famille Foucher qui est à Paris depuis 1798 avec Pierre, ou la famille Ancelet, parisienne depuis le mariage de François Gabriel Ancelet avec Rosalie Augustine Guignet le 27 janvier 1829. Mais j’ai choisi les parents de Marie Alexandrine  installés à Paris en 1870.

Retrouver le mariage de Charles François Lolivray et de Alexandrine Chevallet a été compliqué, j’ai retrouvé 3 dates pour le même mariage. D’abord la vraie date: le 25 aout 1870 dans le 16eme arrondissement mais les registres ayant brulés en 1871 une transcription en a été faite le 8 juin 1875 ci dessus. Mais le nom de la mariée ayant été mal orthographiée dans la transcription, le 19 juillet 1900 est publié un jugement rectificatif donnant le nom de Chevalley à Alexandrine.

Donc Charles, 36 ans, sergent de ville de son état, originaire de l’Orne et veuf depuis un peu plus d’un an a épousé Alexandrine 30 ans, cuisinière, originaire de Savoie le 25 aout 1870 dans le 16 e arrondissement de Paris.

Ils auront 2 filles, Marie Alexandrine née en 1871  dont je vous ai souvent parlée et Marie Héloise née en 1879 mais qui décède à 9 ans.

Alexandrine meurt le 13 décembre 1914 à 74 ans et Charles la suit deux ans plus tard le 19 octobre 1916.

Charles François LOLIVRAY
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :

O comme Orchamps-Vennes

Retraversons la France d’ouest en est sur pratiquement la même longitude jusque chez mes ancêtres Oricampiens.

Orchamps-Vennes est une commune du Doubs, perchée sur un plateau et c’est le berceau de ma branche Gaiffe. Je vous avais parlé de de Denis Gaiffe pour le O du challenge 2017, je vais donc vous parler de ses ascendants.

Je vous avais dit que Les Gaiffe venaient de Vic-sur-Seille mais auparavant ils venaient de cette commune du Doubs.

Je vous présente donc Antoine Joseph né le 13 février 1722 de Claude Joseph journalier et Denise Fanier, je ne lui trouve qu’un frère et une sœur plus jeunes que lui. Il épouse le 10 novembre 1750 la jeune Jeanne Marie Epenois, 26 ans, originaire du Belieu à 10 kilomètres de là. Antoine Joseph est un lettré, il sera instituteur mais également laboureur à Orchamps-Vennes. Ils auront 7 enfants dont Claude Etienne né en 1761 qui partira à Vic-sur-Seille pour devenir horloger.

Jeanne Marie décède en 1766 quelques jours après la naissance de la petite Marie Joseph qui s’éteindra 5 mois plus tard, Antoine Joseph lui mourra vers 1795 mais je ne sais où.

 

Antoine Joseph GAIFFE
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :