R comme Raconter ses souvenirs : Madeleine, souvenirs de jeunesse

MitaMa grand-Mère Madeleine que l’on appelait “Mamita” est décédée en 1999 à 5 jours de son quatre-vingt seizième anniversaire.
Il y quelques années, je lui avais demandé de raconter ses souvenirs, ce qu’elle a fait selon moi avec talent.
N’oubliez pas d’écouter vos proches, faites les parler, faites les écrire, ils ont tous leur vie à raconter…

“C’est au rez-de-chaussée du 19 de la rue Théophile Gautier que j’ai passé, jusqu’à l’âge de 21 ans, neuf mois de chaque année, d’octobre à juillet. Mais les trois mois d’été, nous les passions à Ault-Onival où mon père, à ma naissance avait fait construire une jolie villa « La Villa Madeleine » qui Read more

P comme la Pension pour Cécile

Je vous ai raconté la vie de Cécile Druesne née Becker jusqu’au 1er aout 1914 date à laquelle Jules Druesne son mari part à la guerre, puis vous avez pu vivre sa vie au quotidien par l’intermédiaire de la correspondance de son Jules jusqu’à sa mort le 22 décembre 1914. Tout au long de ses lettres Jules se soucie de sa femme s’il lui arrivait malheur. En particulier la veille de sa mort, peut-être sentait-il que la fin était proche, il écrit à son fils aîné Robert ceci:

« … Quant à maman, elle aura, si malheur m’arrivait à manœuvrer ferme pour sa pension qui je l’espère, complétée de services civils, militaires et 

Read more

M comme Maurice Billet (1896-1980): un poilu

Maurice Billet Papy pour mes cousins, mes frères et moi était ce vieil homme qui m’intimidait et que j’approchais avec respect mais aussi avec un peu de crainte. C’était un grand-père qui jouait très peu avec nous et lorsque nous allions en vacances, nous appréhendions le moment ou il allait nous infliger une dictée ou la rédaction de nos souvenirs de vacances… une faute d’orthographe et c’était la punition… Cependant que j’aimais le plus lorsque nous allions à Montaigu (Jura) c’était d’être assise près de lui à table, lorsque les enfants avaient le droit de manger avec les adultes, car je pouvais caresser sa main, une main douce mais marquée par le temps. Il me paraissait parfois un peu triste, et j’aurais Read more

C comme Cécile Becker

Dans ses lettres, du 1er août  au 22 décembre 1914 (transcrites ici pour leur centenaire), Jules Druesne écrit à sa femme Cécile. On sent au travers de cette correspondance, l’amour et la tendresse de Jules à Cécile, mais malheureusement, je n’ai pas retrouvé les lettres de Cécile à Jules, on ne peut que les imaginer au travers des réponses de son époux.

J’ai voulu donc en savoir un peu plus sur la vie de Cécile née Becker.

Michel BECKER Tonnelier  a 28 ans le 12 janvier 1859 lorsqu’il épouse Victorine Marie Victoire MOISON, tailleuse, âgée  de 21 Read more

A comme Auguste Silice: une vie cambodgienne

Il me fallait profiter de ce nouveau challengeAZ 2017 pour remettre en avant un article publié en septembre 2006. Je re-publie depuis quelques temps ses lettres que vous pouvez retrouver au fil de ce blog, elles sont passionnantes, mais je vous laisse juge! (Catégorie « les lettres d’Auguste Silice »)

A par l’oncle Léopold Silice

Auguste dit André a eu une vie étonnante.

Auguste Léopold Silice naît à Nancy le 11 février 1880 de Hubert et de Suzanne Bernard. Dès son enfance son oncle Léopold l’initie à l’art et Auguste sera très proche de son oncle qui a « le goût des belles choses » et qui révèle à son neveu « l’art en lui fourrant le nez dans des bouquins japonais»

Les études

Installé au début du siècle à Paris, Auguste étudie à l’Ecole Guérin dans les cours de composition décorative d’Eugène GRASSET et en 1900, il participe à l’Exposition universelle pour laquelle il fournit un travail important de décoration. Il rencontre à cette occasion le chef d’usine d’Émile GALLÉ et Read more