E comme Épinal

Nouveau changement de département, nous allons cette fois dans les Vosges aux pays des images. C’est donc à Épinal que nous nous arrêtons.

Juste un mariage dans cette ville, mais celui de l’arrière grand père de Léopold que vous connaissez un peu si vous suivez ce blog. Claude Silice a 25 ans et il est marchand bourgeois à Saint-Dié, dont il est natif, qui est à 50km de là. Il épouse Marie Cottard, 20 ans qui est née à Épinal. Le père de Claude décédé lorsqu’il avait 3 ans , Jean François Sublice était originaire de Savoie, et c’est à Saint Dié que son nom s’est modifié.

Son mariage avec Marie ne dure que jusqu’en janvier 1769 , la jeune femme meurt en mettant au monde sa 4eme fille, elle aura eu 5 enfants en 6 ans!

Claude se remarie 1 an plus tard avec Marguerite Jeanne Bourgeois le 10 janvier 1770 à Saint-Dié, il aura avec elle 13 autres enfants en 20 ans, dont Jean Joseph dont je descends.

En 1794,  Claude est nommé directeur des Postes, poste que reprendra Jean Joseph Silice en 1813. Claude Silice, veuf depuis 1896 s’éteint à Saint-Dié le 12 février 1819 à 81 ans, il est alors marchand drapier. Il aura vécu sous Louis XV, Louis XVI, Napoléon et Louis XVIII…

Claude SILICE
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :

 

Les lettres d’Auguste mai 1920

Lettre à en-tête du Royaume du Cambodge- ministère des Beaux-Arts

Le Directeur de l’École des Arts Cambodgiens à M…
Phnom-Penh le 3 mai 1920

Mon cher oncle,

Je n’ai pas eu de lettres de Malzéville par ce courrier. J’espère que les santés sont toujours bonnes. Je viens de passer les quinze jours de l’an cambodgien chez un de mes camarades de Kompong-Siem, un charmant petit endroit à 45 kms de Phnom Penh et j’ai pu faire une grande toile du Syen, il était presque à sec mais malheureusement il y avait Read more

Les gribouillages de Léopold

Je vous ai souvent parlé de Léopold Silice . Artiste et passionné, malgré ses rêves d’être artiste, il travaillait aux chemins de fer de l’Est, au service de la « petite vitesse », c’est à dire les marchandises. Il était dans un bureau, et gardait les vieux bordereaux d’expédition pour dessiner et faire des « gribouillis » peut-être parfois pendant les heures de travail…

Read more

Les lettres d’Auguste Silice – juillet 1919

Je poursuis la transcription des lettres d’Auguste qui font vivre sa vie au Cambodge à partir de 1919. Lettre à Léopold Silice son oncle.

Lettre à en-tête du Royaume du Cambodge – ministère des Beaux-Arts-

Le Directeur de l’École des Arts Cambodgiens à M…

Phnom-Penh le 25 juillet 1919

Mon cher oncle,

Je reçois ta lettre du 12 juin qui m’apprend la mort de mon père et j’ai un grand chagrin.
Il y a bien longtemps que pour mon compte tout était oublié et j’aurais bien voulu le revoir. Si j’avais su où il était pendant la guerre je lui aurait écrit car j’avais pour moi la peur d’être tué sans lui avoir envoyé un mot de réconciliation et puis c’est lui qui part le premier sans savoir tout ce que j’avais gardé pour lui dans mon cœur et de penser qu’il a pu croire à sa dernière heure que je l’avais oublié c’est pour moi plus triste que tout. …

Read more

La brouille – 19 mai 1919

Je ne pensais pas recroiser Léopold lors d’un rendez-vous Ancestral! C’est pourtant bien dans le jardin de Malzéville que je me retrouve, Léopold remonte du jardin tout en longueur, il est songeur voire soucieux.

Il me reconnait mais est aussi surpris que moi de cette nouvelle rencontre. Très vite après  ces retrouvailles, je vois bien qu’il a envie de parler de ce qui le tracasse.

« Je m’inquiète pour Auguste et Hubert » Il s’agit de son neveu dont j’ai parlé plusieurs fois et de son frère.

« Sais-tu qu’ils ne se parlent plus depuis qu’Hubert s’est remarié après son divorce ? » Je le sais, il en reste des traces dans l’histoire familiale.

« Nous n’avons pas compris le choix d’Hubert lorsqu’il s’est marié avec cette veuve Cervelle » Je sens à son ton, malgré son caractère doux, qu’il n’apprécie pas sa belle sœur.

Read more