A la Saint-Victor – 21 juillet 1885

Je venais d’Onival (dans la Somme) dont ma grand-mère m’avait souvent parlé, j’étais passé par le chemin des douaniers  sur la corniche et je descendais vers la plage d’Ault, allongée en cette marée basse. C’est, arrivée en bas, que je l’ai vu et presque reconnu, il a comme un air de famille, une silhouette familière. Il est en train de ramasser des coquillages et des crabes en cette fin de journée d’été. Je m’approche, j’hésite…
« Victor?  Victor Leclerc? » Je n’ose élever la voix pour me faire entendre. Aborder un ancêtre est toujours délicat.
Il se retourne, surpris mais semble lui aussi déceler un air de famille. On me disait d’ailleurs enfant que je ressemblait à sa plus jeune fille.
« Oui, on se connaît? » Il a le regard triste.
« Je suis votre arrière arrière petite fille… » Je n’ose imaginer ce que cela me ferait si je vivais la même situation avec l’un de mes descendants! Il est d’abord surpris, mais se fait très vite à cette rencontre incongrue. Il semble presque content de me voir.

Read more

17 mars 1818 aux Feuillantines

Les giboulées ont cessées juste après le repas. Il ne fait pas très chaud mais les trois enfants Foucher Victor Adrien 16 ans, Adèle 15 ans et Henry Paul 8 ans n’ont pas résisté à l’appel du jardin des Feuillantines, surtout qu’ils sont accompagnés de deux des fils de leurs voisins Hugo, Eugène 18 ans et Victor 16 ans. Depuis quelques temps ces derniers vivent tous deux avec les Foucher.

Pierre Foucher est secrétaire du tribunal permanent de la dix-septième division militaire et sitôt le repas terminé, il est repartit au bureau.

Read more

Charles Prosper l’étudiant – 1895

J’avais 20 ans, j’étais venue passer une semaine à Paris faire des recherches pour un projet aux Beaux-Arts de Nancy où j’étais étudiante. C’est en passant rue Bonaparte devant  le bâtiment de l’école des Beaux-arts de Paris que je m’étais sentie comme aspirée par le temps… 1977…1952…1924…1908…1895

Je me suis retrouvée, avant même d’avoir réalisé ce qu’il m’arrivait, juste derrière un photographe. Il était immobile derrière son trépied, la tête sous un tissu noir, il tentait d’assagir une bande de jeunes étudiants qui posait dans la salle de dessin. Read more

W comme Wallons

Au fil de mes recherches, je me suis découvert des ancêtres Wallons. La première qui me fit signe, si l’on peut dire, car c’est par son acte de décès du 7 janvier 1827 à Abbeville, qui a tenté de m’ indiquer son lieu de naissance, c’est Marie Rosalie Gaillard. Ce n’étais pas très clair, je lisais Dogy arrondissement de Tournoy (Jeniniappes) .

Read more

T comme le théâtre inachevé

AnceletMadeleine que vous pouvez découvrir au travers de ses mémoires a aussi écrit en 1989 sur son grand-père Gabriel Auguste ANCELET
Le nom d’ Ancelet est à l’ordre du jour actuellement ; on en parle dans les journaux, et surtout à Compiègne, parce qu’à la fin de l’année 1989, cent-vingt et un ans après le début de son édification par l’architecte de Napoléon III, Gabriel Auguste Ancelet, « Le Grand Théâtre du Château de Compiègne » va être non restauré, mais achevé et deviendra un lieu de création pour la Musique Française. Compiègne sera alors « l’Aix-en-Provence » du Nord. L’exceptionnelle qualité de son théâtre lui permettra d’accueillir des Read more