M comme Malzéville

Je ne pouvais passer à coté de Malzéville commune limitrophe de Nancy ma ville natale, puisque l’un de mes ancêtres « préféré » Léopold Silice y a vécu et y est décédé le 24 aout 1922. Mais je vais pourtant vous parler d’une autre branche de ma famille, celle de Cécile Becker.

Ses parents se sont mariés à Malzéville le 12 janvier 1859, lui s’appelle Michel Becker  c’est un tonnelier de 28 ans et est originaire de Mittersheim en Moselle, elle, Marie Victorine Moisson est née à Malzéville , elle a 21 ans, est tailleuse, son père est tonnelier également et je vous ai déjà parlé de sa mère  Agathe Flin.

Le père de la mariée est descendant de Robert Moisson dont je vous ai parlé au J de ce Challenge.

Michel et Marie Victorine auront deux enfants Michel Auguste né en 1862 et Cécile née en 1869 qui seront orphelins de mère en 1871.

Mais ce qui me lie aussi à cette communes ce sont les jeudis passées chez mes grand-parents qui avaient hérité de la maison de Léopold...

Marie Victorine MOISSON
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :

A comme Abbeville

Abbeville (https://www.visites-p.net/ville-histoire/abbeville.html)

Contrairement ce que l’on pense souvent, nos ancêtres pouvaient beaucoup bouger au fil de leur vie. Mes ancêtres et leurs familles sont originaires de toute la France et je vous propose au fil de ce nouveau challenge de les suivre dans quelques villes ou villages .

Aujourd’hui Abbeville petite ville de la Somme, non loin de la baie du même non. C »est là que le 19 octobre 1807 Jean Tissier et Marie Rosalie Gaillard se sont mariés. Ils avaient à priori peu de chance de se rencontrer.  Lui est né le 8 avril 1772 à Ardentes dans l’Indre et elle est née à Ogy dans la province du Hainaut en Belgique. Jean est alors Dragon au 10e régiment au dépôt dudit corps en station à Abbeville, Marie Rosalie est femme de chambre attachée au service de Monsieur Demery Ingénieur des Ponts et Chaussées à Abbeville également. Ils ont 36 et 35 ans. Seul parent encore vivant le père de Jean, Sylvain Tissier signe un consentement par procuration devant un notaire Impérial.

Ils s’installent tous deux à Abbeville ou naitront leurs deux enfants, Jean François Édouard qui naît le 8 juin 1810, son père est alors cocher de maison et Flore Clara qui naît le 17 septembre 1812, son père est devenu conducteur de malle poste entre Abbeville et Dieppe.

Marie Rosalie décède le 7 janvier 1827 à Abbeville à 55 ans tandis que Jean décèdera le 1er octobre 1852  à Eu en Seine-Maritime non loin de là ou il s’était installé après la mort de sa femme.

Jean TISSIER
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :

 

A la Saint-Victor – 21 juillet 1885

Je venais d’Onival (dans la Somme) dont ma grand-mère m’avait souvent parlé, j’étais passé par le chemin des douaniers  sur la corniche et je descendais vers la plage d’Ault, allongée en cette marée basse. C’est, arrivée en bas, que je l’ai vu et presque reconnu, il a comme un air de famille, une silhouette familière. Il est en train de ramasser des coquillages et des crabes en cette fin de journée d’été. Je m’approche, j’hésite…
« Victor?  Victor Leclerc? » Je n’ose élever la voix pour me faire entendre. Aborder un ancêtre est toujours délicat.
Il se retourne, surpris mais semble lui aussi déceler un air de famille. On me disait d’ailleurs enfant que je ressemblait à sa plus jeune fille.
« Oui, on se connaît? » Il a le regard triste.
« Je suis votre arrière arrière petite fille… » Je n’ose imaginer ce que cela me ferait si je vivais la même situation avec l’un de mes descendants! Il est d’abord surpris, mais se fait très vite à cette rencontre incongrue. Il semble presque content de me voir.

Read more

17 mars 1818 aux Feuillantines

Les giboulées ont cessées juste après le repas. Il ne fait pas très chaud mais les trois enfants Foucher Victor Adrien 16 ans, Adèle 15 ans et Henry Paul 8 ans n’ont pas résisté à l’appel du jardin des Feuillantines, surtout qu’ils sont accompagnés de deux des fils de leurs voisins Hugo, Eugène 18 ans et Victor 16 ans. Depuis quelques temps ces derniers vivent tous deux avec les Foucher.

Pierre Foucher est secrétaire du tribunal permanent de la dix-septième division militaire et sitôt le repas terminé, il est repartit au bureau.

Read more

Charles Prosper l’étudiant – 1895

J’avais 20 ans, j’étais venue passer une semaine à Paris faire des recherches pour un projet aux Beaux-Arts de Nancy où j’étais étudiante. C’est en passant rue Bonaparte devant  le bâtiment de l’école des Beaux-arts de Paris que je m’étais sentie comme aspirée par le temps… 1977…1952…1924…1908…1895

Je me suis retrouvée, avant même d’avoir réalisé ce qu’il m’arrivait, juste derrière un photographe. Il était immobile derrière son trépied, la tête sous un tissu noir, il tentait d’assagir une bande de jeunes étudiants qui posait dans la salle de dessin. Read more