F comme Fer à repasser

Repasseuse (source Wikipédia)

Non je n’ai pas de fer à repasser ancien. Mais j’en ai vu parfois dans les brocantes ou chez des amis.

Céline Buguin en possédait certainement au moins un. Car il en existait de différentes tailles que l’on utilisait en fonction de la forme des vêtements. Était elle blanchisseuse chez elle, chez des particuliers  ou travaillait-elle pour un patron? je ne sais pas encore.

Céline Buguin est née  le 8 septembre 1843 à Etroeungt dans le Nord de Désiré Buguin marbrier et maître de carrière et d’Elisa Wautier. Elle est la cinquième enfant du couple qui en aura 10 et dont 4 décèderont en bas âge. Les trois filles seront repasseuses, les garçons marbriers ou charron.

A 22 ans, elle a une aventure avec Jules Druesne,  un préposé des douanes de 32 ans. Un enfant enfant naît le 22 janvier 1866 et c’est le père de Céline qui déclare l’enfant. On lui donne le prénom de Jules associé au nom de sa mère.

Le douanier était il en déplacement, a t-il pris hésité avant de se décider ? En tous cas un an après, le 3 janvier 1867, le mariage a lieu à Etroeungt. C’est à ce moment là, que le père du petit garçon le reconnaît.

Trouver des informations sur la carrière de Jules est difficile et je n’ai rien pour l’instant. (avez vous des pistes éventuelles? )

Le couple aura un autre fils, Gustave, 6 ans après le premier alors que Jules père est employé des contributions à Neuville sur Escaut .

Le fils aîné appelé comme son père Jules Druesne deviendra militaire et vous le connaissez un peu si vous êtes un(e) habitué(e) de ce blog.

J’ai eu du mal à suivre Jules et Céline. En 1880, ils sont à Hautmont toujours dans le Nord. Je les retrouve à Villecresnes en 1901 lors du recensement.  Jules y décède en 1903 . C’est là que je perds la trace de Céline, et je n’ais à ce jour pas trouvé son lieu de décès.

Retrouvez Céline Buguin dans mon arbre généalogique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *