5 octobre 1914

Pas de nouvelles de Jules en ce 5 octobre!

______________________________________

«Historique du 37e régiment d’infanterie. France. 1914-1918″

Le 5, l’ennemi, qui, au petit jour, avait déjà lancé sur Gommecourt une reconnaissance offensive repoussée avec pertes, essaie d’enlever le village après une violente préparation d’artillerie. Il est rejeté en désordre avant d’avoir pu atteindre la lisière. A 20 heures il renouvelle son attaque et, cette fois, ce sont quatre bataillons de la Garde qu’il lance à l’assaut. Leur attaque se fait par surprise sans préparation d’artillerie. Débouchant d’un ravin au nord de Gommecourt, ils réussissent à prendre pied dans le château; là se livre un combat acharné; à plusieurs reprises, le 3e bataillon se lance à la contre- attaque. Mais malgré sa résistance acharnée et malgré l’énergie du commandant MARIE, blessé mortellement au cours d’une des contre-attaques, il doit, après plusieurs heures d’une lutte véritablement héroïque, évacuer le village.

Le 3e bataillon lut quelques jours après, avec émotion, ce motif de citation qui accompagnait la croix de la Légion d’honneur donnée à son vaillant chef;

“ Attaqué dans un village par des forces très supérieures, leur a résisté pendant toute la nuit et est tombé grièvement blessé en conduisant une contre-attaque à la baïonnette. ”

_______________________________________

5 octobre 1914 (JMO du 37e RI)

Le 3e bataillon qui occupait les tranchées à la lisière de Gommécourt (10e au sud et Sud Est , 11e face au Nord) reçoit d’abord une petite attaque au point du jour dirigée sur la Tuilerie. Cette attaque est repoussée.

Vers 3h30, une violente canonnade favorise le débouché de la Tuilerie par 1ere compagnie et une section de mitrailleuses. L’artillerie prit à partie cette attaque qui fut repoussée. Les 2e et 5e compagnies avaient contribué à la défense de Gommécourt: la 1er vers la côte 136 et le 2e au Nord contre des attaques venant de la Brayelle.

L’ordre de stationnement pour le 5 soir était le suivant : centre de résistance n°2 Hebuterne et ses abords. 1 bataillon du 37e (1ere); Centre de résistance n°3 Gommecourt et ses abords. 1er bataillon du 37e (3e) – Centre de résistance n°4 Foucquevillers et ses abords. 1er compagnie du 37e sous les ordres du commandant Kraft avec des territoriaux.

Vers 20h, des cris et des sonneries du clairon retentirent au Nord du Village. La défense face à la Brayelle avait bousculée et l’ennemi était dans le château. Les 1er et 2 bataillons ne prirent aucune part à cette action, l’un occupant Hébuterne et l’autre Foncquevillers. La 10e compagnie se porta vers le Nord pour appuyer les 5e 11e, 2 sections en contournant la face Sud du village. 3 contre attaques furent faites sur le château et repoussées par un tir bien ajusté.

Le Capitaine Malric fut blessé et resta aux mains des Allemands. Le capitaine Chasles prit le commandement, rallia les 10e et 5e à l’ouest du village sur une position de repli à 500m du village. N’ayant aucune nouvelle de la 11e et se jugeant en force trop inférieure, il replia ses éléments vers la côte 160. Au point du jour, le capitaine Cordelas commandant le 3e bataillon porta le bataillon dans le ravin 151 Est de Sailly.

Cartographie du 5 octobre 1914

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *