Marie Thérèse la macrobite de mon arbre

Où à la page 821 de mon vieux livre, on parle de Macrobite. Non ce n’est pas un gros mot, mais « (Celui, celle, ce) qui a une très longue vie, qui vit plus longtemps que la durée moyenne de vie de l’espèce considérée » (définition du Wiktionnaire). Et suivent 7 pages entières  de nom de plus que centenaires. Je vous cite quelques français et européens, peut être y trouverez vous un de vos ancêtres …

« En 1645, le père Nicolas Levezier, augustin déchaussé, meurt en l’abbaye de Claire-Fontaine , a l’âge de 120 ans, après avoir été prêtre pendant 91 ans.
En 1668, Jean Grou, chirurgien de Paris, et très habile anatomiste, meurt dans cette ville à l’age de 120 ans,
….
En 1791, un vieillard qui vivait à Rechingen, grand baillage de Bemberg ( Palatinat) , meurt à l’âge de 120 ans. Ce centenaire, après avoir depuis longtemps perdu toutes ses dents, en
vit pousser huit nouvelles en l’année 1787, à l’age de 116 ans; six mois après elles tombèrent, dit le docteur prussien Ulfand, mais elles furent remplacées par de nouvelles molaires qui lui
poussèrent en haut et en bas, pendant quatre années, et jusqu’au mois qui précéda sa mort.
En 1819 (le 5 octobre), Pierre de Fournelle, ancien médecin, meurt à Paris a l’âge de 120 ans.
Le 18 octobre 1759, Annibal Camoux , connu sous le nom d’Annibal, né à Nice en 1638, meurt a Marseille a l’âge de 121 ans 3 mois. Ce centenaire, qui avait été manœuvre dans sa jeunesse, servit ensuite sur les vaisseaux de l’etat : son grand âge ne se manifestait que par des rides, des cheveux blancs et un peu de surdité; il buvait beaucoup de vin et vivait d’aliments très grossiers ; il avait une grande confiance dans la racine d’angélique et en mâchait continuellement. Ce centenaire figure dans l’un des tableaux du Louvre, peint par Joseph Vernet; il est représenté au moment où une dame le présente a l’artiste, occupé a prendre une vue de l’intérieur du port de Marseille.

Tableau des macrobites
Eleonore Spicer meurt au mois de juillet 1773, à Accomak, dans la Virginie, à l’âge de 121 ans; cette femme, dit Buffon, n’avait jamais bu aucune liqueur spiritueuse; elle conserva l’usage de ses sens jusqu’au dernier moment.
En 1708, Meunier, maitre d’école à Paris, meurt dans cette ville à l’âge de 122 ans.
En I739, La Piole, laboureur du village d’Usquiole en Béarn, meurt âgé de 122 ans, sans avoir jamais été malade.
En 1791 , Jean Jacob, cultivateur, du département du Jura, qui a été présenté à l’assemblée constituante, meurt âgé de r22 ans.
En 1760, Denis Guignard, du bourg de Luché, dans le Maine, meurt à l’âge de 123 ans et 1o mois il avait l’ouïe un peu dure, et ses cheveux, après avoir été blancs, commençaient à jaunir; en 1757, il habitait une caverne creusée dans le tuf; son fils, âgé de 63 à 64 ans, paraissait plus vieux que lui.
En 1754, Grandez, habitant de Pradez d’Aubrac, en Languedoc, y meurt âgé de 126 ans, il était compagnon orfèvre  et travaillait encore dix a douze jours avant sa mort ; il n’avait jamais bu de vin, ni essuyé de maladie.
En 1764, Owen Carollan, laboureur irlandais , meurt dans le comté de Meath, a l’âge de 127 ans : il avait six doigts à chaque main et à chaque pied, et n’avait jamais été malade.
Le 4 avril 17o6, Jean Bayles, marchand de moutons, meurt à Northampton , en Angleterre, a l’âge de 130 ans, suivant le calcul inséré dans les Transactions philosophiques par l’anatomiste Keill, qui fit l’autopsie de son cadavre. Les registres les plus anciens de la paroisse où ce centenaire avait toujours vécu ne désignaient pas l’époque de sa naissance; mais des habitants, âgés de 90 ans et même de 1oo ans, se rappelaient l’avoir vu déjà vieux dans leur jeunesse. Pendant les douze dernières années de sa vie, Bayles conduisait encore des troupeaux de moutons aux marchés de son voisinage. Ce vieillard était extrêmement maigre, et avait la chair très dure; la forme de tous ses muscles se remarquait à travers sa peau.
Vers le milieu du dix-huitième siècle, madame Keit, morte à Newnham dans le Glocestershire, à l’âge de 134 ans, laissa sa fortune à trois filles, dont la plus jeune avait 109 ans, selon l’historien allemand Jean de Muller.
Le 12 décembre 1761, mourut à l’hôpital des orphelins de Greiz, pays de Saltzbourg, à l’âge de 136 ans, George Wunder, né le 23 avril 1626, à Wulcherstadt. Ce macrobite conserva jusqu’à la fin de sa vie l’usage de la vue et de l’ouïe. C’est l’exemple de la longévité la plus avancée, observée en Allemagne, dont le docteur prussien Ufland ait eu connaissance.
Le 15 décembre 1766, Jean Lafitte, dit Liaroux, meurt à Rouillac, près d’Agen, à l’âge de 136 ans; une année auparavant, il avait encore toutes ses forces. Des sa première jeunesse, Liaroux avait pris l’habitude de se baigner deux à trois fois la semaine, et l’avait conservée jusqu’à la fin de sa vie.
Le 10 juillet 1775, Jean Causeur meurt dans le village de Saint-Mathieu, près de Brest, à l’âge de 137 ans. Il était né dans le village de Lanfeust; son état habituel était celui de cultivateur. Comme il avait été chargé pendant quelque temps de fournir des approvisionnements de viande à des troupes campées près de Blancs-Sablons, on a prétendu, mais a tort, qu’il avait exercé l’état de boucher, Jean Causeur, qui était sage et frugal, n’avait de répugnance pour aucune boisson , mais il faisait grand usage de laitage. Dans les dernières années de sa vie, sa barbe avait été remplacée par un léger poil follet, à l’âge de 120 ans, il se rasait encore lui-même, et il entendait la messe à genoux
Polotiman, chirurgien a Vaudemont en Lorraine, mort en octobre 1825, a l’åge de 140 ans, n’était jamais sorti de son lieu natal, n’avait jamais été saigné, ni purgé, ni médicamenté, quoique, depuis longtemps avant sa mort, il n’eût jamais passé un seul jour sans s’enivrer. La veille du jour où il rendit le dernier soupir, il avait pratiqué l’opération du cancer avec beaucoup de dextérité à une femme âgée.
Le 6 février 1757, Jean Effingham meurt dans le pays de Cornouailles à l’âge de 144 ans; même dans sa jeunesse, il n’avait jamais bu de liqueur. Ce vieillard se levait tous les jours, été comme hiver, avant 6 heures du matin, et mangeait rarement de la viande.
Le 16 décembre 1635, Thomas Parr, cultivateur de la paroisse d’Alberbury, dans le Shropshire, en Angleterre, meurt à Londres, à l’âge de 152 ans et 9 mois; s’étant remarié en 1605, à l’age de 122 ans, il survécut à sa nouvelle épouse. Quelques années avant sa mort, Parr avait conservé le sens de l’ouïe, et son esprit n’était point affaibli. Jusqu’à l’âge de 130 ans, il put se livrer a tous les ouvrages d’un cultivateur, et battre même le blé : il se nourrit pendant toute sa vie de pain, de vieux fromage, de lait, de petit-lait et de petite bière. Ce macrobite, qui, durant sa longue existence, vit sur le trône d’Angleterre dix rois ou reines, a été enterré dans l’abbaye de Westminster.
Obst, villageoise, mourut à Zwronegoschutz ( Silésie) en 1825, à l’age de 155 ans: la veille du jour où elle expira, elle avait travaillé aux champs et pris ses repas, comme à l’ordinaire. Cette femme tissait tous les jours, mangeait avec appétit, et buvait ordinairement deux verres d’eau-de-vie dans la journée.
En septembre 1797 Joseph Surrington meurt aux environs de Bergen, en Norvége, âgé de 16o ans il conserva jusqu’au dernier instant sa raison et ses sens; la veille de sa mort, ce vieillard extraordinaire partagea lui-même entre ses enfants les biens qu’il leur laissait; l’ainé d’entre eux avait 1o3 ans, et le plus jeune 9 ans seulement.
En 176o, l’anglais Henri Jenkins meurt à l’âge de 169 ans. Les registres des chancelleries et des tribunaux ont démontré, dit l’allemand Ufand, professeur de médecine à l’université d’Iéna, qu’il avait paru en justice et prêté serment pendant cent quarante ans comme il était né avant l’établissement des registres de paroisse en Angleterre, aucune ne voulait se charger de le secourir, et il mendiait pour pouvoir subsister : la pêche fut sa dernière occupation. A l’age de plus de 1oo ans, Jenkins traversait encore a la nage les courants les plus rapides.
Le 5 janvier 1724, Pierre Zortan ou Zorten, paysau de Keveresch, dans le bannat de Témeswar, meurt ågé de 185 ans; le cadet de ses fils avait alors 97 ans. Zortan vivait uniquement de légumes., Le savant chirurgien français, Claude Nicolas Le Cat. regarde Pierre Zortan comme le doyen de tous les centenaires connus. »

Parmi les ancêtres  de mes enfants ayant une très longue vie, (mais aucun centenaire sûr à cent pour cent) il y a leur grand-mère paternelle décédée en 2017 à 97 ans , mais également Marie Thérèse Degrelle dont je vais vous parler aujourd’hui.
Elle est né sous le règne de Louis XV le 7 mai 1744 à Féron dans le Nord de Jacques et de Marie Anne Barbe Gillon, elle est la 5eme d’une fratrie de 7 enfants.
Elle se marie sous Louis XVI, le 2 septembre 1779 avec Jean Baptiste Evrard et je n’ai trouvé que 2 enfants pour ce couple dont Marie Joseph mon ancêtre. Son mari était marchand de cendres et elle ménagère. Jean Baptiste meurt à 72 ans. , en 1817, sous Louis XVIII.  Marie Thérèse lui survit jusqu’au 12 mai 1840 sous Louis-Philippe. Elle avait 96 ans, n’avait jamais quitté Féron et vivait chez son fils.
Retrouvez la généalogie de Marie Thérèse Degrelle

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: