5 septembre 1914

N°6 par poste n’ayant pas trouvé occasion faire parvenir n°5 par Excelsior.

4 septembre 1914

Ma chère Cécile

Bien à l’abri derrière une troupe alors que les environs sont sillonnés par la chute des engins de toutes sortes, je t’écris ces quelques mots. Hier la journée a été terrible et cependant les pertes insignifiantes, on croit sentir chez les allemands la rage d’en finir et cependant en face de nous du moins ils n’avancent pas. C’est sans doute cette constatation qui me donne cette assurance dont vraiment je ne me croyais pas capable. J’ai bien de la peine à définir si définitivement je suis un brave. Cependant hier j’ai eu une vision de mon état d’esprit que je crois pouvoir définir de la façon suivante : la crainte ou plutôt la peine que me cause une marche en arrière est ce que j’éprouve de plus épouvantable, cela surmonte tout or tant que nous avançons ou que nous stationnons, ce souci de ne pas reculer n’existait pas, rien ne vient me troubler. Quand je dis rien, ma chérie, tu supposes bien que c’est une façon de parler, car tu connais mon unique pensée, j’ai fait le vœu qu’à ma rentrée, nous viendrions tous les deux visiter ces lieux où se déroulent tant de choses surnaturelles. Nous y viendrons quand ce ne sera que pour remercier les braves gens chez lesquels j’ai été aidé ou reçu. Espérons, ma bonne Cécile que nous pourrons bientôt effectuer ce pèlerinage. Je t’embrasse bien fort avec Loulou. Amitiés à tous. As-tu remercié Mad. Thiry d’Excelsior.

J.Druesne

Tu ne m’as pas dit si la petite Maria Colin de Crévic est chez nous.

______________________________________

 5 septembre 1914 (JMO du 37e RI)

A 5h du matin, la situation à Petite Maixe était la suivante: la 5e et 6e compagnies aux issues et dans les tranchées des abords du village; 7eme compagnie en réserve; 8e compagnie à l’extérieur du village sur la croupe Sud de Petite Maixe. Les 2 compagnies du 1er bataillon devaient rentrer sur la position de Flainval à la pointe du jour suivant l’ordre reçu. A 5h30 la 1ere compagnie qui occupait Maixe fit prévenir le 2eme bataillon qu’étant tourné à gauche, il se retirait  et avait commancé. Au même moment, l’ennemi débouchait sur le canal et dans la rue principale de Petite Maixe, criblant de balles les rues du village. En se repliant sur la 8e compagnie, le commandant du 2eme bataillon, commandant Kraft s’aperçut que l’ennemi s’était glissé entre Maixe la Petite et Grandvezin. Il donna alors l’ordre d’évacuations. Le bataillon se retira par petites colonnes dans l’ordre des compagnies 8e, 7e, 6e, 5e sous un feu croisé partant des pentes Sud de la côte 316 et du bas des pentes sur le chemin de terre Maixe- Grandvezin. Il y avait là une section de militrailletes allemandes. Les 8e et 7e purent gagner Grandvezin. La 6e attendit dans un repli de terrain que la mitrailleuse ait épuiser ses munitions. La 5e organisait des flancs gardés face au Sud pour gagner Grandvezin, sous la protection d’une compagnie du 1er bataillon. La 6e et 5e compagnies purent aller se reformer à Sommerviller sortie Ouest.

Le Bataillon n’eut malgré le feu que des pertes minimes: 26hommes tués ou blessés. Les 1er et 3e bataillons étaient restés sur leurs positions, dont ils avaient continué l’organisation. A 1(h45 le régiment reçoit l’ordre suivant:

Le 2oe corps d’armée reprendra l’offensive pour reconquérir les positions perdues. L’objectif de la 22e brigade est: croupe 1800m ouest de Deuxville et pour le 37e les objectifs successifs sont: Petite Maixe, moulin de Deuxville. La liaison à droite doit se faire avec le 79e sur la ligne Le Moulnot-Moulin de Deuxville et à gauche avec la 39e Division par Crévic et Maixe. Ce mouvement doit être fait par 2 bataillons. Le 3e doit rester dans le secteur qui était affecté au régiment.

L’attaque doit franchir la ligne les oeufs durs- Grandvezin à 17h30. Les 1er et 3e Bataillons furent rassemblés dans le ravin du Moulnot au Sud Ouest de Grandvezin. L’attaque fut prononcée par le 1er bataillon suivi du 3e, à 500m de distance par le chemin de terre Grandvezin – Maixe.

Lorsque le régiment fut dans la cuvette à 1500 m au Sud Ouest de Petite Maixe, il se rassembla. La 3e compagnie reçut l’ordre de marcher sur Petite Maixe. Les 1er et 9e devaient se détacher à droite sur la crête pour couvrir la marche. Ces 3 compagnies se heurtèrent à des tranchées fortement occupées sur lesquelles elles ouvrirent le feu. Le régiment n’étant pas en force et n’étant pas relié avec le 79e et la 39e division qui s’étaient repliés, l’ordre de repli fut donné. Il se replia, couvert par la 3e compagnie sur la saline de Grandvezin, sans perdre un seul homme.

Les dispositions suivantes furent prises pour la nuit; 2 compagnies, s’installent en avant poste sur la croupe Grandvezin Deuxville (3e et 4e). Le restant du régiment fut rrassemblé dans le ravin de Moulnot.

Cartographie du 5 septembre 1914

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *