23 août 1914

23 août

Un jeune boy scout veut bien se charger de cette lettre. Je te l’envoie par Excelsior.

Tout va bien, mais le 37e est bien décimé. Je suis heureux d’avoir pu faire mon devoir comme je l’ai fait. Tous les régiments méridionaux nous ont fichu dans le pétrin, au 1e coup de feu, ils se sont sauvés en jetant sacs et fusils.

Quelle race ! Ils ne sont bons que pour occuper les bonnes places, les lâches ! J’ai failli en tirer un hier.

Je t’embrasse nous allons réparer cela. Ton affectionné

J.Druesne

Clément mon compagnon d’armes reçoit la nouvelle de la mort de sa mère.

Dimanche 23 août 1914

Chère Cécile,

Je reçois ce matin ta lettre du 16 ainsi qu’une longue lettre de Robert datée du même jour.

Il se porte bien, dit-il et il y a 15 jours qu’il ne s’est pas déshabillé.

Je viens de voir M.Weil qui m’a remis un colis qu’il apportait à son fils. Mais ce dernier blessé n’est pas ici. Ce colis contenait du linge (caleçon, flanelle, chocolat, menthe, mouchoirs) et dont une partie pourra m’être utile.

Tout continue de bien marcher, dans deux occasions difficiles j’ai pu m’acquitter de ma mission. Plus aucune trace de ce que je t’ai dit au sujet du « foirpette » ( ?)

Mille embrassades

J.Druesne

________________________________________

Mon cher Robert (son fils)

Je reçois aujourd’hui, 23 août, ta lettre du 16. Merci de tout ce que tu me dis.

J’ai eu deux indispositions depuis mon départ, L’une assez bizarre ; je n’arrivais plus à absorber le moindre aliment. Cet état de choses est survenu à la suite de l’émotion que m’a causée la première lettre que j’ai reçue de Maman. Dès que les journées sont devenues sérieuses, cela a disparu comme par enchantement. Je mange le singe et le biscuit avec meilleur appétit que les petits plats du camp de paix à Eulmont.

La 2e est due à la constipation. Débarquement du fondement à la suite d’une délivrance de 4 jours (où est la descente journalière de 7h 1/2 chaque matin ?), une marche de 40 heures et demi tube de vaseline ont guéri cela. Me voilà à présent valide ardent et plein d’appétit. Aussi je (me) les soigne à la popote. Bien que les ressources ne me permettent parfois de faire servir que des pommes de terre à l’eau.

Je suis étonné de ma vigueur, j’ai accompli à merveille, jusqu’à présent, deux missions qui m’ont été confiées, motivés par mon sacré emblème. J’ai vu des journées entières où les coups de tonnerre que tu connais se répétaient coup sur coup en crachant de la mitraille. Je n’ai jamais rien reçu. Hier toute la journée des prussiens ont ainsi craché. Il n’y a pas eu un seul blessé !! Je t’embrasse mon gros, bon courage mais pas d’excès de zèle.

J.Druesne

Sur carte adressée à Monsieur Robert Druesne étudiant en médecine 3e ambulance de la 73e division de réserve Toul.

_____________________________________________

23 août 1914 (JMO du 37e RI)

A 0h15, le régiment reçoit l’ordre de se replier tout en entier sur Dombasles et d’aller cantonner à Saint-Nicolas de Port à la disposition du Général commandant la corps d’armée. Le mouvement s’exécute dans le plus grand secret sans attirer l’attention de l’ennemi. Le régiment arrive à Saint-Nicolas à 4h30 et y cantonne.

Dans la journée aucun incident à signaler. L’ennemi attaque la hauteur du Rembetant. A 5h le régiment reçoit l’ordre d’envoyer un bataillon (3e) à la ferme Xaudailles à la disposition du Général commandant la 11e division.

Cartographie du 23 août 1914

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *