7 novembre 1914

7 novembre 1914

Ma bonne Cécile,

Je date ma lettre du 7, puisque je t’écris ce jour là et je ne sais pas quand je pourrais te l’envoyer. Nous venons en effet, de faire un bond, partis en chemin de fer et le reste à pied, nous sommes débarqués à Bailleul, où est l’asile où sont traités les femmes aliénées du nord et où le docteur Deyvaste a été médecin. C’est un établissement magnifique, somptueux.

Aujourd’hui nous sommes dans un patelin dont il m’est impossible de retenir le nom. Ce que je sais c’est qu’il se trouve à 3 km au sud de Ypres . Cette ville dont on parle tant depuis quelque temps .

Ça a chauffé, au fait, ces jours derniers dans cette région , mais aujourd’hui on semble remarquer une certaine lassitude chez les autres. Du reste, nous avons 600 pièces de canons braquées sur eux  et je ne doute pas que l’artillerie réussira à leur flanquer un fameux coup. Ça pourra chauffer pour nous, mais nous ne reverrons plus, comme je te l’ai dit avant-hier je crois, ce que j’ai déjà vu…

Je vais cesser ma chérie, parce que je m’endors sur ma lettre. Notre voyage en chemin de fer s’est effectué la nuit et nous avons attendu de longues heures aussi bien à la gare de départ qu’à la gare d’arrivée. Je  ne cachetterais pas ma lettre pour le cas où je pourrai y ajouter quelque chose.

Je t’embrasse bien fort.

J.Druesne

Le pays où nous sommes est la Belgique flamande, on y parle que le flamand et les mœurs sont un peu celles des allemands, je t’en reparlerais.

________________________________________

7 novembre 1914 (JMO du 37eRI)

Le régiment débarque à Bailleul à 2h. Les deux autres bataillons arrivent à 3h et 4h.

Le régiment se porte sur Brielen (Belgique)

Cartographie du 7 novembre 1914

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *