C comme Cécile Becker

Dans ses lettres, du 1er août  au 22 décembre 1914 (transcrites ici pour leur centenaire), Jules Druesne écrit à sa femme Cécile. On sent au travers de cette correspondance, l’amour et la tendresse de Jules à Cécile, mais malheureusement, je n’ai pas retrouvé les lettres de Cécile à Jules, on ne peut que les imaginer au travers des réponses de son époux.

J’ai voulu donc en savoir un peu plus sur la vie de Cécile née Becker.

Michel BECKER Tonnelier  a 28 ans le 12 janvier 1859 lorsqu’il épouse Victorine Marie Victoire MOISON, tailleuse, âgée  de 21 ans à Malzéville (près de Nancy). La jeune mariée est originaire de la commune tandis que Michel vient de Mittersheim en Moselle. Ils s’installent à Malzéville où va naître d’abord Michel Auguste Emile le 9 février 1962 puis 7 ans plus tard, le 31 janvier 1869 une petite soeur qui vient agrandir la famille, elle se prénomme Cécile Marguerite Agathe .

Vers 1870, la famille s’installe à Nancy, et c’est là que  Victorine décède le 4 novembre 1971. Cécile aura donc bien peu connu sa mère. C’est Marie Louise POIGNANT la femme  épousée par son père le 20 juillet 1872 à Nancy qui va élever le petit Michel Auguste et Cécile. Marie Louise est ouvrière en chapeaux et originaire des Vosges.

Cécile et son frère Michel n’auront pas d’autre frère et soeur, Marie Louise veuve, n’a  pas eu la garde des 3 enfants de son premier époux certainement gardés par la famille de la mère.

Ces deux enfants ont cependant une vie très familiale, ils verront souvent leurs grands-parents Michel BECKER et Marie SCHMITT  qui habitent à Malzéville avec plusieurs de leurs 10 enfants et avec quelques petits enfants.

La jeunesse de Cécile est  jalonnée de décès, après sa mère en 1871, ce sont ses grands parents paternels  (ses grands parents maternels sont morts très jeunes) qui décèdent en  1882 et 1885.

Elle rencontre Jules  DRUESNE en 1891 et l’épouse le 7 octobre 1891.  Leur premier fils Robert Gustave nait le 2 août 1892.

Jules s’est rengagé pour cinq ans le 21 février 1888, il devient adjudant et se rengage en 1893 toujours pour cinq ans. Il est commissionné à compter du 12 juin 1899 par une autorisation du Général de la 22ème brigade d’infanterie.  Le 27 mars 1902 naît mon grand père Gustave, 

Depuis la mort du père de Cécile, Marie Louise vit avec la petite famille rue du téméraire à Nancy, je les y retrouve inscrits dans le recensement de 1901.

Jules passe alors dans l’armée territoriale le 11 octobre 1902, ayant fait une demande de liquidation de retraite et trouve un emploi à Laxou  à l’asile d’aliénés de Maréville comme secrétaire de direction. Je les retrouve alors dans les recensements de 1906 et 1911 à Laxou puisqu’ils sont logés par l’employeur de Jules. Marie Louise vit toujours avec eux en 1911 alors que Robert est parti faire ses études de Médecine.

Fin juillet 1914, Jules part à la guerre, il a 48 ans. Commence alors l’attente pour Cécile.

La suite prochainement dans le ChallengeAZ…

Cécile Marguerite Agathe BECKER
N° Sosa :
Voir la fiche
Père :
Mère :

One thought on “C comme Cécile Becker

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :