La visite inversée – 2018

« Ouch-suis? »

Je suis aussi surprise que lui! Je me doute de qui il est, j’avais prévu un RDVancestral avec lui mais pourquoi est-il dans mon salon, je pensais me retrouver dans le Jura!

Il semble que la machine à remonter le temps ait fonctionné à l’envers…

« Qu’est que c’est que cette diablerie? »

Il s’énerve, c’est un  monsieur aux cheveux et la barbiche blancs de plus de 60 ans, François Billet né en 1828 à Montigny sur l’Ain . Comment lui expliquer…

« je suis une de vos descendantes » Il me regarde en écarquillant le yeux comme si je lui parlais en chinois. J’étais en train de travailler sur sa fiche dans ma base généalogique, je lui sors alors les documents que je possède sur lui dont cette photo ou il est si digne, la donation de son père, quelques photos de ses fils, je lui fournis quelques dates. Petit à petit il s’apaise et commence à observer autour de lui.

« Votre logement est ben rempli! y’a pas tant de choses chez moi! » s’étonne t-il. J’imagine bien, ayant lu la donation de son père faite dix ans auparavant.

« et pis » continue t-il  » c’est quoi cette fenêtre noire? »

Je cherche les mots pour lui expliquer ce qu’est une télévision alors que pour lui le cinéma n’existe pas encore.  Je me décide à allumer l’écran et choisi un documentaire sur sa région. Il reconnait avec plaisir la Lac de Chalain, même si le fait de le découvrir comme s’il était un oiseau le fascine. Il reconnait les rues de Dôle car il y est allé en 1888 pour le mariage de sa fille Marie Louise.

« Mais il n’y a plus des charrettes? ou des diligences? qu’est qu’ c’est ces carrioles qui roulent sans chevaux? dis donc il y en a vraiment beaucoup! et pourquoi les chemins ne sont plus en terre?  »

Il ne s’arrête plus, autant de questions qu’un enfant à l’âge des pourquoi…

« Pourquoi, les gens marchent dans la rue en regardant une boîte?  » je tente une explication: « euhh, c’est pour parler avec les gens qui sont ailleurs. Avec cet appareil , vous pourriez parler de temps en temps avec vos fils qui sont partis à Paris ou avec votre fille de Dôle »

« Dis donc ma p’tiote » j’ai presque le même age que lui… « les dames , pourquoi elles s’habillent comme des hommes ou sans jupes? Pis certaines elles n’ont plus de cheveux? Ohh! celle ci elle a des cheveux rouges! »

C’est devenu un moulin à questions, il ne prend d’ailleurs pas le temps d’écouter mes réponses, il est comme sidéré devant cette époque qu’il découvre.

« Et dis donc les champs y sont rudement grands! Y’a plus de haies? »

Soudain alors que je voulais lui répondre et poser à mon tour quelques questions, il s’efface de mon salon, devient comme transparent, puis disparaît totalement. Je n’ai eu ni le temps de vraiment lui parler ni même de lui dire au revoir.

Je dois trouver comment réparer mon changement d’époque! et peut être une prochain #RDVancestral chez François.

 

Cet article a été rédigé dans le cadre du #RDVAncestral, un projet d’écriture, ouvert à tous, qui mêle littérature et généalogie. En savoir plus.

François Humbert BILLET
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :

4 thoughts on “La visite inversée – 2018

  • 20 janvier 2018 at
    Permalink

    L’idée de ce RDVAncestral à l’envers est plutôt bien trouvée ! Pauvre François, perdu dans notre monde actuel… ça mérite effectivement une nouvelle visite chez lui pour une prochain #RDVAncestral !

    Reply
  • 21 janvier 2018 at
    Permalink

    C’est une bonne idée d’inviter un ancêtre dans notre époque pour ce #RDVAncestral. Et là ses descendants ont tant à lui expliquer de notre mode de vie, je comprends que tu sois submergée de questions.

    Reply
  • 21 janvier 2018 at
    Permalink

    Alors là, je suis bien d’accord… il est beaucoup plus facile de remonter le temps -nous sommes sensés connaître l’histoire- que d’être propulser dans le futur… surtout pour arriver dans notre époque de folies… François a bien fait de repartir en son temps !
    Très jolie idée, bravo

    Reply
  • 22 janvier 2018 at
    Permalink

    Un nouveau « twist » au Rendez-Vous Ancestral. Très bien réussi. Vous bouillonnez tous de bonnes idées et c’est un bonheur de vous lire tous.

    Quand nous avons eu le téléphone au début des années 60 à cause des clients de mon père, maman se moquait toujours quand elle s’envolait vers le téléphone en robe de chambre quand celui-ci sonnait de bonne heure le matin: heureusement qu’il n’y a pas de caméra et que les gens ne peuvent pas me voir dans cet état!! Et bien c’est arrivé maintenant on peut voir ceux avec qui on parle! On ne stoppe pas le progrès et je sympathise avec François qui ne peut attendre de se soustraire à notre monde actuel.

    Reply

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :