Les hommages à Jules

Le décès de Jules a été transcrit à Laxou  le 16/3/1916. Je ne sais pas si c’est à cette occasion que le Groupe Turenne (les anciens du 37e Régiment d’Infanterie) a rendu les hommages ci-dessous.

Discours du Groupe Turenne

Mesdames, messieurs,

Au nom du Groupe Turenne, je viens adresser le suprême adieu au bon camarade que nous pleurons avec sa famille. Tous ceux qui ont, comme moi, connu Druesne, ont été attirés vers lui par son caractère si franc,  si loyal et par la noblesse naturelle de ses sentiments.

Il partageait avec une joie sincère le bonheur des autres, aussi connut-il de nombreux et bons amis auxquels il était dévoué. Je vois encore sa belle Read more

Vous aimez? Partagez!Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

Les condoléances des Généraux

8 février 1915

Madame, Monsieur,

J’avais l’intention de vous écrire lorsque j’ai reçu votre lettre. Je voulais vous dire la douleur profonde que m’avait causée la mort glorieuse de votre cher mari. J’avais pour lui une réelle affection et je le considérais comme un ami. Je me rappellerai toujours qu’il avait les larmes aux yeux lorsque j’ai salué le drapeau du 37e  en quittant le régiment.

Sa belle mort a été le digne couronnement de sa vie de devoir et de dévouement. Vous me demandez hélas, quelque chose qui n’est pas possible, on ne peut pas décorer et nommer au grade supérieur des officiers qui ne sont plus.

Ce que l’on pourra faire, c’est de demander pour vous au bureau du tableau après la fin de la guerre.

Le général de Castelnau s’y emploiera certainement. Soyez sûre Read more

Vous aimez? Partagez!Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

L’attente de Cécile

Cécile a dû longtemps espérer,  d’un espoir bien faible… Puisque les courriers reçus entretenaient cette minuscule lueur.

Message du Colonel Lauzun

37e Régiment d’Infanterie – Le Colonel

Le 16/01/1914

Madame,

Permettez moi Madame, de m’incliner devant votre immense douleur et les inquiétudes qui déchirent votre cœur. Je ne puis ni l’apaiser, ni satisfaire votre demande car nous ne savons pas ce qu’est devenu votre mari et nous ne pourrons jamais le savoir. Est–il tué ? blessé et prisonnier ? A toutes ces questions je ne puis répondre nettement.

Il a disparu avec toute sa compagnie. Read more

Vous aimez? Partagez!Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

23 décembre 1914: Jules est porté disparu.

Je ne sais pas comment Cécile a appris la nouvelle, Robert leur fils reçoit fin décembre la lettre de Clément dont Jules parlait si souvent.

Le 29/12/1914,

Mon cher ami,

Je viens d’écrire ce jour à Madame votre mère pour la préparer à un coup terrible. Je compte sur vous pour m’aider dans cette tâche terrible qui est au dessus de mes forces. Songez donc votre père était un si bon ami ! Ainsi que vous le savez, il avait accepté le commandement d’une compagnie (la 8e). Ces jours derniers une attaque fut décidée à 4h du matin, il était en tête.

N’écoutant que son courage, il fonça sur les lignes adverses : malheureusement, le tir des mitrailleurs ennemies les arrêta, fauchant tout ce qui se trouvait devant elles.

Votre père était là debout criant : la 8ème en avant ! et Read more

Vous aimez? Partagez!Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

22 décembre 1914

22 décembre 1914 au matin

Chère et bonne Cécile

J’avais raison, à peine ma lettre d’hier était partie que je recevais ta lettre du 7, j’avais reçu avant celle du 8 et celle du 9. Ce matin, j’ai reçu celle du 11 et du 12 et ton petit colis avec un mot du 10. Mes binocles vont bien, je vais les attacher et ne les ôterai plus pour faire… mes commissions.

Merci de tes bonnes paroles ma chérie, mais où trouves tu que je sois triste?

Je ne dis pas que tout rayonne en moi, hélas, les spectacles ici, dans le fond, contiennent toujours des tristesses, mais si tu catalogues toutes mes impressions, je dissimulerai.

Je te le répète ma chérie, je ne suis pas plus en danger qu’auparavant, Read more

Vous aimez? Partagez!Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest