K comme Képi et autres couvre-chefs militaires

Le képi est un couvre-chef à l’origine souple, actuellement essentiellement rigide, de forme cylindrique, à fond plat et surélevé, munie d’une visière, porté en France par les militaires de l’armée de terre, de la gendarmerie et les sapeurs-pompiers, mais aussi par certains fonctionnaires. Il n’est porté que par les hommes. Read more

J comme Jura

Bien que mes ancêtres soient dispersés sur 24 départements, le Jura est le département lié à mon enfance et à mon grand-père maternel Maurice Billet. J’ai retrouvé dans ses affaires un Annuaire de La Préfecture du département du Jura pour l’an 1814, on y retrouve l’histoire du département, un calendrier des saints, des infos sur l’empire français et la famille impériale, l’administration des différents cantons, la population des villes et villages, le nombre d’ouvriers dans les Fabriques et les manufactures, un essai sur les tanneries, un sur les papeteries, un catalogue des plantes rares du département, la liste des quadrupèdes ovipares, des poissons et des oiseaux observés dans le Jura…

D comme Divorce

Mes arrières grands parents ont été séparés de corps en 1900.
Ce fut pour mon grand-père qui avait 4 ans un tel traumatisme qu’il ne nous l’a jamais dit de son vivant. Je l’ai découvert après son décès (à lire: la demande en mariage et la jeunesse de Maurice )

.
Le divorce définitif fut jugé à l’audience du 7 aout 1903
« Conversion de séparation de corps en divorce entre
Louis Jean Baptiste Billet résidant à Dole demandeur
et Marie Lolivray épouse séparée de corps du sieur Billet sus nommé

Parties ouïes: le tribunal après avoir entendu en chambre du conseil le rapport de Maitre Mercy Juge, les explications des époux Billet-Lolivray, les explications du ministère public et après en avoir délibéré. Attendu que pour jugement en date du 11 avril 1900 le tribunal de céans a prononcé la Read more

Maurice: sa jeunesse (1896-1913) par Madeleine

Les souvenirs de Madeleine se sont arrêtés aux pages publiées dernièrement… il reste encore quelques feuillets épars, difficiles à déchiffrer qu’elle a écrit lorsque ne voyait presque plus.

Mais elle avait aussi retranscrit ce que Maurice lui avait raconté de sa jeunesse lorsque ce dernier était décédé.

« Etant donné mon grand âge (86 ans) je suis la doyenne et, par conséquent, celle qui connaît le mieux le passé, je continuerai peut-être à vous intéresser, en vous parlant des membres disparus de ladite famille. Souvent Read more