Les lettres d’Auguste mai 1920

Lettre à en-tête du Royaume du Cambodge- ministère des Beaux-Arts

Le Directeur de l’École des Arts Cambodgiens à M…
Phnom-Penh le 3 mai 1920

Mon cher oncle,

Je n’ai pas eu de lettres de Malzéville par ce courrier. J’espère que les santés sont toujours bonnes. Je viens de passer les quinze jours de l’an cambodgien chez un de mes camarades de Kompong-Siem, un charmant petit endroit à 45 kms de Phnom Penh et j’ai pu faire une grande toile du Syen, il était presque à sec mais malheureusement il y avait Read more

Les lettres d’Auguste Silice – juillet 1919

Je poursuis la transcription des lettres d’Auguste qui font vivre sa vie au Cambodge à partir de 1919. Lettre à Léopold Silice son oncle.

Lettre à en-tête du Royaume du Cambodge – ministère des Beaux-Arts-

Le Directeur de l’École des Arts Cambodgiens à M…

Phnom-Penh le 25 juillet 1919

Mon cher oncle,

Je reçois ta lettre du 12 juin qui m’apprend la mort de mon père et j’ai un grand chagrin.
Il y a bien longtemps que pour mon compte tout était oublié et j’aurais bien voulu le revoir. Si j’avais su où il était pendant la guerre je lui aurait écrit car j’avais pour moi la peur d’être tué sans lui avoir envoyé un mot de réconciliation et puis c’est lui qui part le premier sans savoir tout ce que j’avais gardé pour lui dans mon cœur et de penser qu’il a pu croire à sa dernière heure que je l’avais oublié c’est pour moi plus triste que tout. …

Read more

La promenade dans Angkor

Photo prise par Auguste

Une végétation tellement dépaysante, des odeurs qui me sont inconnues, des chants d’oiseaux que je n’avais jamais entendus, je ne pensais vraiment pas me retrouver un jour dans ce site d’Angkor que j’ai souvent admiré dans des livres ou dans des films documentaires…

Je devine qui je vais rencontrer pour ce nouveau RDVancestral, cela ne peut être qu’Auguste Silice.  Nous sommes en 1926.

Les lettres envoyées à sa famille m’ont permis de découvrir en partie sa vie à Phnom Penh, mais il reste quelques zones d’ombres…

Read more

A comme Auguste Silice: une vie cambodgienne

Il me fallait profiter de ce nouveau challengeAZ 2017 pour remettre en avant un article publié en septembre 2006. Je re-publie depuis quelques temps ses lettres que vous pouvez retrouver au fil de ce blog, elles sont passionnantes, mais je vous laisse juge! (Catégorie « les lettres d’Auguste Silice »)

A par l’oncle Léopold Silice

Auguste dit André a eu une vie étonnante.

Auguste Léopold Silice naît à Nancy le 11 février 1880 de Hubert et de Suzanne Bernard. Dès son enfance son oncle Léopold l’initie à l’art et Auguste sera très proche de son oncle qui a « le goût des belles choses » et qui révèle à son neveu « l’art en lui fourrant le nez dans des bouquins japonais»

Les études

Installé au début du siècle à Paris, Auguste étudie à l’Ecole Guérin dans les cours de composition décorative d’Eugène GRASSET et en 1900, il participe à l’Exposition universelle pour laquelle il fournit un travail important de décoration. Il rencontre à cette occasion le chef d’usine d’Émile GALLÉ et Read more

Auguste Silice – Mai 1919

Voici le suite de la correspondance entre Auguste et Léopold

Lettre à en-tête du Royaume du Cambodge

Ministère des Beaux-Arts – Le Directeur de l’école des Arts Cambodgiens à M…

Ylang-YlangPhnom-Penh le 26 mai 1919
Mon cher oncle,

Je reçois ce matin ta lettre du 7 avril et suis enchanté de te savoir rentré en possession de ta maison et pas abîmée, tu as dû avoir un petit frisson en y arrivant, mais je sais que je l’avais vue toute entière en 1916 quand nous sommes passés pour aller en Alsace et je t’assure que cela m’a fait quelque chose quand j’ai vu qu’elle était toujours là. Je suis content que les belles choses de Nancy soient toujours debout, cela m’est égal pour le reste mais je ne me serais pas consolé si les fontaines de plomb et les grilles de la place Stanislas avaient été démolies, pour les magasins réunis et la baraque de Majorelle, ils les rebâtiront et tout sera dit. Ce que tu me dis de Daum m’ennuie un peu car car j’ai besoin d’un service de verrerie mais je pense attendre encore que le fret soit baissé car le port me coûterai plus cher que le service.

Ce que tu me dis de la vie chère ne m’étonne pas car ici elle a augmenté aussi, et vous pouvez faire fusiller les accapareurs gouvernementaux car il a été interdit d’envoyer quoique ce soit d’Indochine en France en tant que riz, sucre, café, pâtes alimentaires. Je voulais t’en faire un colis et cela m’a été impossible, mais maintenant que c’est fini, je pense que les mesures ont étés

Read more