Z comme Zig-zag

Non, non, il n’existe pas, du moins à ma connaissance, de commune s’appelant Zig-Zag. Mais ce sont bien des zig-zag que je vous ai fait faire au fil de ce #ChallengeAZ à la poursuite de mes ancêtres.

je vous propose pour ce dernier jour un petit récapitulatif:

A comme Abbeville (Somme)

B comme Bermerain (Nord)

C comme Clery (Savoie)

D comme Dahlain (Moselle)

E comme Épinal (Vosges)

F comme Fontenu (Jura)

G comme Gastines (Mayenne)

H comme Honfleur (Calvados)

I comme Intraville (Seine-Maritime)

J comme Jouy-en-Josas (Yvelines)

K comme Kremlin Bicètre (Val de Marne)

L comme Laval-Atger (Lozère)

M comme Malzéville (Meurthe et Moselle)

N comme Nantes (Loire-Atlantique)

O comme Orchamps-Vennes (Doubs)

P comme Paris (Paris)

Q comme Querenaing (Nord)

R comme Rauret ( Haute-Loire)

S comme Saint-Maur (Indre)

T comme Thourotte (Oise)

U comme Uxelles (Jura)

V comme Villers-sur-Fère (Aisne)

W comme Wolfskirchen (Haut-Rhin)

X comme Xures (Meurthe et Moselle)

Y comme Yvetot (Seine-Maritime)

J’espère que ce petit voyage vous aura plu.

 

Y comme Yvetot

Quand on a un père chef de gare, puis un mari chef de gare également, il faut sans doute s’attendre à voyager…

Gabrielle Marie Nicolas est née le 25 septembre 1848 à Yvetot, commune de Seine-Maritime de Edouard Théodore Nicolas , chef de gare né à Louviers dans l’Eure et de Marie Emelie Remlinger née à Metz en Moselle, son frère Paul est né à Paris, son frère Emile à Blesme dans la Marne et son frère Edouard est né à Troyes dans l’Aube. Ou comment découvrir la carrière d’un chef de gare…

A 35 ans Gabrielle épouse Emile Ferdinand Joseph Ancelon chef de gare à Nancy, le 18 juillet 1884 à Malzéville en Meurthe et Moselle. Ils auront deux filles qui se marieront et vivront à Malzéville. Emile y meurt en 1901 et Gabrielle Marie, elle, après son veuvage partira à Berck dans le Pas-de-Calais ou elle s’éteindra en 1915.

Yvetot n’est donc pas un lieu très prisé dans ma famille , juste une escale, mais nécessaire dans le cadre du #ChallengeAZ

Gabrielle Marie NICOLAS
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :

X comme Xures

C’est un petit coin de France où se retrouvent sans se lier plusieurs branches familiales les Vitou, les Rousselot, les Grillet, les Bize, les Guyot, les Ancelon, les Jeanpierre, les Moisson… et les autres ont vécu entre Vic-sur-Seille, Chateau-Salins, Salonnes, Jallaucourt , Chambrey et plusieurs autres…  C’est un petit coin de la Moselle où ont vécu Nicolas le meunier et sa femme Jeanne. Il est  le fils de Nicolas Moisson et de Marguerite Loutriche et il est né à Courcelles-Chaussy à plus de 60 kilomètres de là le 17 mai 1720. Elle est la fille de Dominique Braconnier et de Marguerite Bertin et elle est née à Silly-sur Nied non loin de Courcelles-Chaussy le 21 janvier 1722. Nicolas le meunier et Jeanne s’épousent devant le curé de Silly-sur-Nied le 7 janvier 1744. Je suis leur périple ensuite avec la naissance de leurs onze enfants, les cinq premiers naissent à Courcelles-Chaussy, je ne sais pas ou est née la sixième mais elle meurt à quatre mois à Raville, le septième, la huitième et la neuvième naissent à Raville et les deux derniers poussent leurs premiers cris à Bionville-sur-Nied.

Vous avez raison, si vous avez bien lu, pas de Xures à l’horizon…

Mais j’y viens, Nicolas et Jeanne s’installent à Xures entre 1764 et 1781, peut-etre pour s’occuper d’un nouveau moulin. C’est dans ce petit village que meurt Nicolas le 18 janvier 1781, que se marie leur fille Aimée le 8 janvier 1782, et que s’éteint à son tour Jeanne le 27 décembre 1783.

Deux des fils de Nicolas et un de ses petits fils seront meuniers également.

Nicolas MOISSON
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :

W comme Wolfskirchen

Continuons vers l’est de la France, pour arriver dans le Bas-Rhin, à Wolfskirchen. Un petit village dont le nom signifie « églises des loups ». Nous ne sommes qu’à deux pas de la Moselle  en général et de Niederstinzel en particulier ou naîtront les enfants de Pierre Becker dit bourgeois et Marie Barbe Rieffel. Ils se sont mariés le 20 février 1748 à Wolfskirchen, du moins il semble…

J’ai trouvé cette date dans un relevé qui est certainement exact mais je n’ai pas encore pu le vérifier, mais un mariage à Wolfskirchen ne pouvait être laissé dans l’ombre…

Et c’est comme cela que l’on passe pour quelqu’un de pas sérieux…

Vous pouvez néanmoins retrouver la descendance de Pierre et Marie Barbe dans mon arbre, ou vous pourrez découvrir qu’ils étaient les ancêtres de Cécile dont je vous ai souvent parlé

Pierre BECKER
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :

V comme Villers-sur-Fère

Nous voici repartis sur la route et au travers du temps, arrêtons nous cette fois à Villers-sur-Fère dans l’Aisne.

C’est dans cette commune que vit Charles Bréhamet dit le jeune, le 15 janvier 1752,  jour de la mort de son père Charles qui fut scieur de long  et qui est veuf de Marie Anne Boutevillain depuis 16 mois. Le vieux Charles a environ 90 ans et habite chez son fils depuis son veuvage. Charles le jeune est alors maître d’école, il était né à Brécy vers 1712 et s’est marié le 19 octobre 1734 à Armentières-sur-Ourcq avec Marie Jeanne Valin. Charles sera au fil des années chantre de l’église de Brécy, Clerc de Villers-sur-Fère, cercier vigneron. Ses cinq premiers enfants  naissent à Brécy, il s’installe ensuite avec sa famille vers 1743 à Villers sur Fère et c’est là que naîtront les huit autres enfants dont Antoine qui sera le grand-père de Victoire dont je vous ai parlé précédemment.

Charles le jeune mourra à Villers sur Fère le 29 ventôse an V.

 

 

Charles BREHAMET
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :