30 mars 1951 Monique à Saint Germain des Prés

Comment suis-je arrivée là, au milieu de cet embouteillage? Je me sens perdue au milieu de ces voitures d’un  autre âge.

Seul le clocher de l’église de Saint-Germain des Prés qui vient de sonner me renseigne sur ma situation … Je me faufile pour rejoindre la station de métro mais je me heurte aux grilles verrouillées, je remonte donc les escaliers et un kiosque à journaux qui affiche la presse me raconte les actualités et les magazines me présentent la mode.  Je découvre Einstein qui tire la langue pour ses 72 ans et des gros titres  qui expliquent ces embouteillages en pleine page.

Read more

M comme Maurice Billet (1896-1980): un poilu

Maurice Billet Papy pour mes cousins, mes frères et moi était ce vieil homme qui m’intimidait et que j’approchais avec respect mais aussi avec un peu de crainte. C’était un grand-père qui jouait très peu avec nous et lorsque nous allions en vacances, nous appréhendions le moment ou il allait nous infliger une dictée ou la rédaction de nos souvenirs de vacances… une faute d’orthographe et c’était la punition… Cependant que j’aimais le plus lorsque nous allions à Montaigu (Jura) c’était d’être assise près de lui à table, lorsque les enfants avaient le droit de manger avec les adultes, car je pouvais caresser sa main, une main douce mais marquée par le temps. Il me paraissait parfois un peu triste, et j’aurais Read more

J comme Jean-Claude Billet (1791-1870): la donation

Jean-Claude BILLET était franc-comtois. Pendant les  guerres Napoléoniennes, il est enrôlé dans les Dragons, au 23e régiment de Dragon le 15 février 1813, il participe à la campagne de Saxe puis à partir du 10 juillet 1814, passe au 8e régiment de dragon et fait la campagne de France. Il quitte l’armée le 20 juillet 1815 alors que Napoléon abdique pour la seconde fois et que Louis XVIII remonte sur le trône.Il s’installe alors dans son village natal de Montigny sur l’Ain et travaille comme journalier laboureur puis comme Read more

I comme Incorrigibles

Lorsque je suis tombée sur ces articles sur une certain Ernest Victor Jean Lolivray, je m’y suis tout de suite intéressée car ce patronyme est très rare, en tous cas avec cet orthographe  et il y a de très fortes chances pour qu’il ait un lien avec ma Marie-Alexandrine d’autant plus qu’il est né dans le village dont sont originaires mes ancêtres.

Ernest Victor Jean est né le 5 janvier 1863 à Saint-Bomer les Forges dans l’Orne, ses parents Pierre Auguste et Marie Chesnel mariés en 1857 ont déjà un fils né en 1860, Auguste Pierre François dont il sera également question dans ce texte.

Read more

Retour vers la France – Mon 1er #RDV Ancestral

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’avais imaginé un voyage de retour plus gai, plein de couleurs à la façon de cette affiche. Je naviguai sur le Melbourne des Messageries Maritimes en janvier 1909.

C’est sur le pont que je l’ai vue, je l’avais tellement cherchée! Elle était là debout, appuyée sur le bastingage, le regard perdu vers l’horizon. Je m’approchais lentement avec une envie de la consoler, de la prendre dans mes bras et de lui dire que les descendants de son fils pensaient à elle…

Pas à pas, j’avançais vers elle, elle tenait par la main sa fille Huguette presque cachée dans ses jupes. Je n’étais plus qu’à un mètre d’elle et vit les larmes couler sur ses joues.

« Marie Alexandrine ? C’est bien vous? » Read more