S comme Silice

Non je ne vais pas vous parler de la silice (forme naturelle du dioxyde de silicium (SiO2) qui entre dans la composition de nombreux minéraux) Mais de la famille Silice. Ce patronyme est en train de s’éteindre. Mais j’y reviendrai une autre fois.
Je me suis particulièrement intéressée à deux membres de cette famille dont je parle souvent sur ce blog: Léopold un artiste amateur passionné et son neveu Auguste dont vous allez lire petit à petit sa correspondance depuis le Cambodge.

La lignée Silice a débutée  vers 1730 à Saint-Dié des Vosges, vous allez me

dire comment une lignée débute comme cela à une date précise…

François Sublice est né en 1694 à Saint-Bon-Tarentaise de Jean et  de Nicolarde Chedal Rionel. Les plus anciens Sublice retrouvés dans cette généalogie à Saint Bon vivaient en 1575 (découverts grâce à mon cousin Alain Lafont ) . Mais revenons à François, 3eme enfant d’une fratrie de 9 enfants, il était marchand et est parti sur les routes vers le nord. Il s’est arrêté à Saint-Dié (Vosges) ou il a rencontré Marguerite Ferry qu’il a épousé le 4 novembre 1721. François ne savait pas écrire à ce moment là et donc ne connaissait pas la façon d’écrire son nom. Avait-il un accent? ou le curé était il dur d’oreille?… on ne le saura sans doute jamais , mais toujours est-il que sur son acte de mariage son nom est désormais Selisse. A la naissance de leur premier enfant en 1722, il s’appelle Selice, au second François est devenu marchand bourgeois et son nom est à nouveau écrit Selisse. C’est à la naissance de Claude le 18 novembre 1731 que le nom est écrit Silice. C’est donc bien à ce moment la lignée des SILICE
C’est du 8eme enfant un autre Claude né en 1737 que descend Léopold. Claude aura 18 enfants  de deux épouses.
Mais c’est une autre histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *