L’appareil photographique de Léopold

Léopold, XXeme siècle 3 Mots »

Ap
C’est un appareil photographique transportable, dit de campagne, se
rangeant dans une boîte en coutil, avec intérieur molletonné. Cette
boîte peut contenir l’appareil et deux recharges. Ces dernières étaient
constituées d’un cadre séparé en deux verticalement par une cloison de
carton, les plaques sensibles étaient posées de chaque coté de cette
séparation et étaient protégées de la lumière par un volet coulissant
fait de petites lattes d’acajou collées sur du tissu. L’appareil est en
acajou également pour le boîtier et en cuir pour le soufflet qui se
replie. Au dos une plaque de verre dépoli dans un cadre en bois
amovible, qui permet la mise au point lorsque l’appareil est installé
sur son trépied en bois, puis qui laisse sa place à la recharge pour
prendre la photographie. Au bout du soufflet, une plaque d’acajou au
travers de laquelle passe l’objectif qui comprend un réglage
d’ouverture de diaphragme, un réglage de vitesse d’obturation et un
déclencheur. L’objectif en cuivre possède deux lentilles et est protégé
par un capuchon de velours gainé de cuir. Cet appareil est semblable au
modèle français Darlot datant de 1895.

Appareil1
Appareil2
Appareil3


Léopold se lance dans la photographie vers 1899 poussé par son
beau-père qui était opticien à nancy. Il opérait évidement le plus
souvent en plein air, il prenait des photos de paysages et des notes
dans un carnet ou faisait une petite aquarelle rapide pour se souvenir
des couleurs. Il a également fait des portraits et des scènes de
famille
. Il se promenait également dans Nancy et rapportait des scènes
de marché, de défilés ou de fêtes foraines.
Famille_3
Chemin
Chemin2
March

(Cliquez sur les photos pour les agrandir!)

Léopold (1856-1922): le marionnettiste

Léopold, XIXeme et XXeme siècles 1 Mot »

Si vous vous êtes déjà promené(e) sur ce blog, vous y avez croisé plusieurs fois Léopold. Cette fois, ce sont ses talents de marionnettiste que j’aimerai vous présenter.

Progr1_1 Progr2_1

Avant son mariage Léopold organisait dans sa commune des spectacles de marionnettes, sans doute après son travail ou le dimanche. Pour ces spectacles, il a tout réalisé lui même, le castelet, les décors, les marionnettes et les accessoires mais aussi les programmes et les invitations.
Je n’ai plus le castelet qui vermoulu a du être jeté, mais dans un petit cahier, j’en ai retrouvé les plans.

Croquis_4 Decor1_3 Sousbois_2

Pour ce qui est des décors, il était très organisé, il faisait d’abord des croquis, puis les réalisait en petit et les testait dans un diorama toujours construit par lui-même, enfin il faisait la version définitive. Chaque décor est recto-verso, sans doute pour les transporter plus facilement.

Palais_1 Coucher_de_soleil_2 Mer_1

Pour les marionnettes, il achetait certaines têtes et en fabriquait d’autres, les vêtements étaient confectionnés par sa soeur Adèle. Parmi les accessoires: des petits coffres, des bougeoirs pour éclairer les décors, des outils miniatures taillés dans du bois…

Gendarme_1 Marion_3

Pendant ses spectacles de marionnettes, il y avait aussi une représentation d’ombres chinoises, pour laquelle il avait construit un cadre s’adaptant dans le castelet. Ce cadre permettait soit de placer un décor fixe soit de faire dérouler un décor en papier fin de près de 5 mètres de long! (je suis intéressée par des conseils pour restaurer ces rouleaux qui sont un peu déchirés…)

Une fois marié, il faisait des représentations privées pour ses enfants et leurs amis. Après sa mort en 1922, le théâtre de marionnettes a été rangé au grenier ou je l’ai découvert lorsque la maison a été vidée pour être vendue en 1982…

Léopold (1856-1922): l’aquarelliste

Léopold, XIXeme et XXeme siècles 6 Mots »

Lopold1b_1

Je vous ai parlé dans une précédente note des talents de Léopold. Il a commencé l’aquarelle vers 1890 mais il a surtout travaillé cette technique entre 1900 et sa mort en 1922. en voici quelques-unes. Elles ont été faites près de Nancy (54).
Leopold4b

Leopold2b_2

Leopold3b_1

Leopold5bPour ces petits aquarelles, on pourrait presque parler d’un miniaturiste, elles font chacune environ 2cm de haut!

la prochaine note consacrée à Léopold, présentera le marionnettiste!

Léopold : les collègues de travail vers 1900

Léopold, XIXeme et XXeme siècles Pas un mot »

Léopold travaillait aux Chemins de Fer de l’Est vers 1900 et il a photographié ses colègues de travail.

Collegues

Faut-il vraiment que je vous donne les grades approximatifs de ces 4 personnes?

Quelques photos de Léopold

Léopold, XIXeme et XXeme siècles Pas un mot »

Adèle, sa soeur (1900)

Sa fille Germaine (1902)

Ses filles Germaine et Anne-Marie (1905)

Sa femme Marthe et leurs filles (1903)

Léopold (1856-1922):un artiste inconnu

Léopold, XIXeme et XXeme siècles 5 Mots »

Léopold Xavier est né le 19 août 1856 à Chateau-Salins de Xavier François directeur des postes et de Zéphirine Anne . Son frère Hubert est âgé de 4 ans et une petite soeur, Adèle naîtra 6 ans plus tard.
Mais la guerre de 1870 éclate, et Xavier son père meurt le 16 juin 1871. Zéphirine quitte alors Chateau-Salins avec ses trois enfants mineurs pour s’installer à Malzéville (près de Nancy) où elle achète une maison en 1872. Elle doit la première année se débattre dans les difficultés du temps en particulier pour obtenir la réunion d’un conseil de famille qui lui donne la possibilité d’opter pour la nationalité française pour le compte de ses enfants mineurs.
Pendant près de trente ans et jusqu’à sa mort, Zéphirine Ancelon vivra dans la maison de Malzéville avec Léopold et Adèle. Hubert continue ses études et devient médecin militaire; les ressources de la famille et l’impossibilité d’obtenir une bourse ne permettent pas de payer des études au cadet Léopold qui devient employé aux Chemins de Fer de l’Est vers 1878, grâce à l’intervention d’amis de la famille.
Pendant ses loisirs, il peint des aquarelles (connues par tous ses descendants). Il monte un théâtre de marionnettes dont il fait les décors, les marionnettes et les accessoires et organise des petits spectacles. Léopold fait parti de l’association des artistes lorrains et participe à des expositions à Nancy avec des artistes beaucoup plus connus, tel que Gallé, Victor Prouvé, ou Majorelle. Il fait aussi des photos qu’il développe lui même. Abonné à des revues d’art et de décoration, il s’en inspire, crée et réalise des peignes en corne sculptée, des couvertures de livres en cuir repoussé, des meubles en marqueterie ou décorés de gravure sur bois.
Si l’on en croit le ton des quelques lettres envoyées par Zéphirine à son fils Léopold , elle est une mère autoritaire sans doute marquée par son veuvage qui garde auprès d’elle ses deux plus jeunes enfants. Elle meurt en mars 1899 à 80 ans alors que Léopold et Adèle sont toujours célibataires.
Des amis communs présentent Léopold à Marthe âgée de 26 ans, fille d’un opticien Nancéen. Ils se marient le 25 avril 1900 à Nancy exactement treize mois après la mort de Zéphirine. De leur mariage naîtront trois enfants: Germaine le 28 janvier 1901, Anne-Marie le 2 février 1903 et Jean le 3 février 1909. Sa soeur malade de la tuberculose meurt en février 1902.
Toute sa vie , il tient une correspondance passionnante avec son neveu Auguste (le fils de Hubert) artiste lui aussi et directeur des Beaux-Arts de Pnon-Penh au Cambodge.
Bientôt il est à la retraite, mais ses enfants sont encore jeunes. Il se met alors à faire des dessins de papiers peints, de carrelages et de broderies qu’il vend à des entreprises Nancéennes et Parisiennes. Il continue toujours à peindre des aquarelles jusqu’à la fin de sa vie. Il meurt le 24 août 1922. ( écrit par Alain Lafont )
Léopold était mon arrière grand-père et j’ai un grande tendresse pour cet homme qui avait un don certain et à qui j’ai consacré une « exposition » en 1979 lors de mes études aux Beaux-Arts. J’avais retrouvé une partie de ses oeuvres dans le grenier de Malzéville, dont ses carnets de recherche qui sont passionnants et qui m’ont permis de comprendre sa méthode de travail, ses plaques photos parfaitement conservées, ses aquarelles et ses correspondances.

Généalogie de Léopold