A comme Ancelet Gabriel Auguste, Architecte

Madeleine (ma grand-mère) dans ses souvenirs, avait raconté la vie de son grand père qu’elle n’avait pas connu, elle s’était servie de ce que lui avait raconté son père et des souvenirs écrits par Gabriel Auguste Ancelet, lui-même. J’ai voulu retrouver,  les traces qu’il a laissées au XIXe siècle, grâce aux ressources disponibles sur internet.

D’abord recherche dans un moteur de recherche avec un premier résultat qui pointe sur Wikipédia, un article consacré à Gabriel Auguste basé en partie, sur les souvenirs de Madeleine (sur ce blog), mais je découvre un élément supplémentaire que je ne connaissais pas, la situation de sa tombe au cimetière du Père Lachaise   grâce au blog des « Amis et passionnés du Père Lachaise ».

Read more

P comme Paul Foucher (1810-1875): un auteur dramatique

Paul_foucherTrouver de l’aide auprès de Victor Hugo pour découvrir un de ses ancêtres, c’est évidement une chance!
Paul est moins connu que sa soeur de 7 ans son ainée, Adèle qui épousera Victor Hugo en 1822.  Il est né en 1810.
Les familles Hugo et Foucher étaient très proches et ont passé de nombreux moments ensemble lorsque les enfants étaient jeunes. Lorsque Adèle et Victor débutèrent leur idylle, Paul leur servait parfois de messager, « J’ai pourtant envoyé Paul à l’instant te dire de venir… » (Lettre d’Adèle Foucher à Victor Hugo le 13/09/1822)… De temps en temps Victor emmenait Paul à une exposition « Ton petit frère vient de me tourmenter pour aller avec lui à cette exposition de tableaux » (lettre de Read more

G comme Guillaume Guignet

Guillaume Guignet est né en 1770 à Saint Cloud  à proximité de la Manufacture de Sèvres, où travaillait son père.
Il a sans doute également travaillé à la Manufacture de Sèvres, car pendant un congé de convalescence au cours de son service militaire, il entra comme réparateur dans une manufacture de porcelaine.
Guillaume aimait dessiner et a laissé quelques croquis de ses campagnes. Il est en 1793, incorporé dans la cavalerie, mais peu de temps car son régiment fut licencié. Puis il passe à la douzième demi-brigade d’infanterie, et enfin affecté comme fourrier à la septième compagnie du troisième bataillon de la deuxième demi-brigade d’infanterie légère (troisième division de l’armée Read more

Les scieurs de long

Illustration issue de Gallica.bnf.fr

Nous avons, lors de nos recherches découvert des métiers que nous ne connaissions pas ou peu.

Au détour d’une lecture, certains auteurs vous offrent de mieux visualiser les activités de vos ancêtres.

Ainsi Zola dans « La Fortune de Rougon » décrit le métier des scieurs de long.

« ….La ville, bien trop insouciante et endormie pour en tirer un bon parti, l’a louée, moyennant une faible somme, à des charrons du faubourg qui en ont fait un chantier de bois. Elle est encore aujourd’hui encombrée de poutres énormes, de dix à quinze mètres de longueur, gisant çà et là, par tas, pareilles à des faisceaux de hautes colonnes renversées sur le sol. Ces tas de poutres, ces sortes de mâts posés parallèlement et qui vont d’un bout du champ à l’autre, sont une continuelle joie pour les gamins. Read more

Pierre Foucher (1772-1845)

Pierre_foucher Au décès de Mamita (Madeleine) j’ai découvert l’existence d’un livre: « Souvenirs de Pierre Foucher 1772-1845 » . Toute personne qui recherche ses ancêtres rêve de trouver un tel document.
Pierre Foucher à la fin de sa vie, a écrit à la demande de sa belle soeur Amélie ASSELINE (née Fessart) le récit de sa vie quelque peu hors du commun.
Né en 1772, mais orphelin de mère à 6 ans, puis de père à 7 ans, il est recueilli par un cousin de sa mère: l’abbé Yvon Marsac qui va se charger de son éducation à Nantes. Pierre bon élève, est cependant mélé aux événements qui marquèrent les années 1789 et 1790 à Nantes, sa ville natale. Il raconte d’ailleurs en détail cette période révolutionnaire. Il part ensuite pour Paris Read more