T comme la Toile rayée jaune et blanche

La toile jaune et blancheLorsque j’étais enfant, une grande toile rayée jaune et blanche réapparaissait chaque année avec les beaux jours. Généralement, c’était pour un pique-nique …
Dès le matin Maman s’affairait, préparait le panier, les assiettes, les couverts pendant que papa préparait invariablement du poulet en Lire la suite…

J comme le Jardin de Malzéville

IMG_4204Vous avez tous sans doute dans un coin de votre mémoire un jardin… Jardin petit ou grand, Jardin public ou privé, Jardin connu ou inconnu, Jardin de famille  ou jardin abandonné…

Celui qui me vient à l’esprit en premier est le Jardin de Malzéville, celui de mes grands parents paternels (Germaine et Gustave). Cette maison avait été acheté par Zéphyrine Ancelon en 1872 . Veuve de Xavier Silice, elle avait quitté Château-Salins avec ses trois Lire la suite…

G comme les Gâteaux des Grands-mères

GateauFermez les yeux…
repensez aux saveurs de votre enfance, ces plats ou ces gâteaux amoureusement préparés par vos mère, grands-mères, tantes…

Une odeur d’amandes … hmmm… c’est le gâteau aux carottes de Mamie (Germaine) , évidemment la première fois que l’on entend le nom de ce gâteau, on recule! un gâteau aux CAROTTES!!! impensable surtout dans la tête de petite fille que j’étais! Bien sûr, il n’était pas question de ne pas goûter ce que l’on nous servait. Le gâteau au milieu de la table était d’une belle couleur orangée, lorsqu’on le coupait, il était moelleux et une fois Lire la suite…

O comme Odeurs de voyage

A leur retraite, mes grands-parents s’installèrent dans un petit village franc-comtois, surplombant Lons-le-Saunier: Montaigu. Plusieurs fois par an, nous y allions, mes parents mes frères et moi pour un week-end prolongé ou pour une fête et invariablement le même rituel s’organisait…
Le départ était prévu vers 8h, nous avions 300 kms à faire et Mamita et Papy nous attendaient pour le déjeuner. Chacun d’entre nous se préparait, s’habillait « bien » pour ne pas affronter à l’arrivée d’éventuelles remontrances de Papy. Maman mettait une jolie robe et se parfumait de « Shalimar » de Guerlain, Papa chargeait les bagages dans la DS, et posait délicatement sur la lunette arrière l’excellent Munster « fait à cœur » acheté Lire la suite…