Auguste Silice – Mai 1919

Voici le suite de la correspondance entre Auguste et Léopold

Lettre à en-tête du Royaume du Cambodge

Ministère des Beaux-Arts – Le Directeur de l’école des Arts Cambodgiens à M…

Ylang-YlangPhnom-Penh le 26 mai 1919
Mon cher oncle,

Je reçois ce matin ta lettre du 7 avril et suis enchanté de te savoir rentré en possession de ta maison et pas abîmée, tu as dû avoir un petit frisson en y arrivant, mais je sais que je l’avais vue toute entière en 1916 quand nous sommes passés pour aller en Alsace et je t’assure que cela m’a fait quelque chose quand j’ai vu qu’elle était toujours là. Je suis content que les belles choses de Nancy soient toujours debout, cela m’est égal pour le reste mais je ne me serais pas consolé si les fontaines de plomb et les grilles de la place Stanislas avaient été démolies, pour les magasins réunis et la baraque de Majorelle, ils les rebâtiront et tout sera dit. Ce que tu me dis de Daum m’ennuie un peu car car j’ai besoin d’un service de verrerie mais je pense attendre encore que le fret soit baissé car le port me coûterai plus cher que le service.

Ce que tu me dis de la vie chère ne m’étonne pas car ici elle a augmenté aussi, et vous pouvez faire fusiller les accapareurs gouvernementaux car il a été interdit d’envoyer quoique ce soit d’Indochine en France en tant que riz, sucre, café, pâtes alimentaires. Je voulais t’en faire un colis et cela m’a été impossible, mais maintenant que c’est fini, je pense que les mesures ont étés

Read more