Maurice: sa jeunesse (1896-1913) par Madeleine

Les souvenirs de Madeleine se sont arrêtés aux pages publiées dernièrement… il reste encore quelques feuillets épars, difficiles à déchiffrer qu’elle a écrit lorsque ne voyait presque plus.

Mais elle avait aussi retranscrit ce que Maurice lui avait raconté de sa jeunesse lorsque ce dernier était décédé.

« Etant donné mon grand âge (86 ans) je suis la doyenne et, par conséquent, celle qui connaît le mieux le passé, je continuerai peut-être à vous intéresser, en vous parlant des membres disparus de ladite famille. Souvent Read more

Vous aimez? Partagez!Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

L’album photo

C’est un album un peu usé, la couverture cartonnée et recouverte d’un papier brunâtre est bordée d’un cuir élimé. Les photos qui y sont collées avec trop de colle sont gondolées., mais au premier regard, l’émotion me gagne… c’est celui de Maman!

1936

1936, Elle est là, petite fille, coupe au carré, un air un peu triste tenant sur ses Read more

Vous aimez? Partagez!Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

Madeleine: les années en Espagne (1942-1950)

Mita_espagneSuite des souvenirs de Madeleine

Comment vais-je pouvoir maintenant vous raconter chronologiquement nos vingt années passées en Espagne? 1942-1962…; Cela me semble impossible. Vous dirai-je que je m’en souviens moins que des années de ma jeunesse et même de celles de Thourotte.
La vie était d’ailleurs très régulière. Les enfants partaient en tramway le matin à neuf heures moins le quart avec leur Père pour aller au lycée à neuf heures. Je les regardais du haut de mon sixième étage par la fenêtre de la salle à manger. Que de fois François, toujours prêt le dernier, n’a-t-il pas failli rater le tramway!. En écrivant, il me semble encore voir la scène. Les enfants rentraient pour le déjeuner avant leur Père qui ne sortait de son bureau qu’à une heure et demi. Le déjeuner était donc à quatorze heures. Les enfants repartaient aussitôt, et ce mari qui avait une très lourde charge, Read more

Vous aimez? Partagez!Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

L’appareil photographique de Léopold

ApC’est un appareil photographique transportable, dit de campagne, se rangeant dans une boîte en coutil, avec intérieur molletonné. Cette boîte peut contenir l’appareil et deux recharges. Ces dernières étaient constituées d’un cadre séparé en deux verticalement par une cloison de carton, les plaques sensibles étaient posées de chaque coté de cette séparation et étaient protégées de la lumière par un volet coulissant fait de petites lattes d’acajou collées sur du tissu. L’appareil est en acajou également pour le boîtier et en cuir pour le soufflet qui se replie. Au dos une plaque de verre dépoli dans un cadre en bois amovible, qui permet la mise au point lorsque l’appareil est installé sur Read more

Vous aimez? Partagez!Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

Madeleine: les débuts à Madrid (1943-1948)

Famille_46
Suite des souvenirs de Madeleine

Pour notre arrivée, la Compagnie de St-Gobain nous avait fait retenir pour un mois, trois jolies chambres à l’hôtel de Paris, qui faisait l’angle de la “Puerta del Sol”, une des plus belles places de Madrid, et de la “calle (rue) Alcala.
Les enfants entrèrent, comme prévu, au Lycée Français le premier Octobre, deux jours après notre arrivée et mon mari repris son poste au siège social de St-Gobain, calle Almagro. Tout s’était donc bien terminé et nous passâmes là un mois très agréable dans ce pays où tout était nouveau pour nous. Ayant fait quatre années d’Espagnol à Paris au moment de mes études, Read more

Vous aimez? Partagez!Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest